Ouvrir l’Evangile

Chaque quinzaine, un extrait de l’Évangile et un questionnement pour réfléchir à l’actualité de la Parole

Chers Amis,

Nous retrouvons, peu à peu, une vie à peu près « normale ». Il nous est à nouveau possible de nous retrouver en petites équipes de fraternité autour de la Parole de Dieu, en respectant les distances physique demandées.

Voici la page d’évangile que je propose à votre partage pour ce mois-ci. C’est celle du dimanche 28 juin qui sera le 13e du temps ordinaire. (Mt 10, 37-42)

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

  1. Commente comprendre ces paroles qui nous paraissent dures ? Comment préférer le Christ à son père, sa mère, son fils, sa fille ?

    Préférés est-ce exclure ? N’est-ce pas plutôt aimer les autres à travers le Christ ?

    A la manière du Christ ? En essayant de le trouver, de le chercher dans les autres ?

  2. Perdre sa vie à cause du Christ ? Cela suppose quelle attitude intérieure ? Quels choix ?

    Trouver sa vie, c’est en réalité la perdre, la gâcher ? Quels sont les critères, pour moi, de réussite de l’existence ? Critère mondains ou critères de l’Evangile ?

  3. « Qui vous accueille m’accueille ». Ai-je toujours conscience d’être porteur du Christ dans mes relations avec les autres ? Est-ce que je pense à ce que le Christ veut faire de moi : son témoin, malgré mes médiocrités et mes imperfections ?

Notre prière peut prendre la forme d’une action de grâces pour « la vie nouvelle » dont parle saint Paul dans la deuxième lecture de ce dimanche, pour la nouveauté que l’Evangile nous donne de vivre dans nos rapports les uns avec les autres.

Gilles Rieux

Pour imprimer  :
LettremensuelleAvril2018
LettremensuelleMai2018
LettremensuelleJuin2018
LettremensuelleSeptembre2018
LettremensuelleOctobre2018
LettremensuelleNovembre2018
Lettremensuellejanvier2019
LettremensuelleOctobre 2019
Lettre17Octobre2019
Lettre12Novembre2019
Lettre01Decembre2019
Lettre10janvier2020
Lettre05fevrier2020
Lettre25fevrier2020
Lettre11Mai2020
Lettre06juin2020

Recevoir la Newsletter