L’heure de la coresponsabilité

31/08/2021

L’heure de la coresponsabilité

Le mot qui définirait le mieux le fil rouge de tout ce que nous sommes appelés à vivre cette année est sans doute le mot « coresponsabilité ». Il ne s’agit pas de sacrifier à la dernière trouvaille d’un coach-manager, mais de continuer à avancer sur le chemin dessiné par la Concile Vatican II, il y a maintenant plus de soixante ans. Il est question de la remise en valeur du sacerdoce commun des fidèles, articulé avec le ministère sacerdotal, qui est au service de ce sacerdoce baptismal.

Le terme théologique qui est aujourd’hui utilisé pour parler de la coresponsabilité chez les disciples de Jésus, est le mot synodalité. La vaste consultation de tous les baptisés, souhaitée par le Pape François à partir de septembre 2021, en prévision du prochain synode, vise justement à une meilleure compréhension, et une meilleure mise en œuvre, de la coresponsabilté-synodalité dans l’Église. Sans toutefois oublier que le but de cela est une ardeur renouvelée pour ma mission. Communion, participation et mission seront donc, en cette rentrée, les mots clés.

Certains d’entre -nous, en fonction de leur expérience, de leur culture, ont spontanément de la sympathie ou de l’antipathie pour cette notion de coresponsabilité. Il convient de laisser de côté les visions « mondaines » (selon la logique du monde) dont nous sommes héritiers, pour nous ouvrir à une manière spécifiquement chrétienne de nous engager sur cette voie. Nous avons besoin pour cela d’approfondissement théologique et de discernement communautaire. Nous devons échanger en profondeur sur ces questions.

Comme nous cherchons à vivre autrement en Église, nous comprenons qu’il nous est demandé d’évangéliser notre relation au pouvoir (pouvoir d’élaborer les décisions et pouvoir de les mettre en œuvre). Certains sont alors tentés de penser qu’il suffit d’enlever au clercs l’exclusivité du pouvoir, afin d’éviter qu’ils en abusent. Mais nous connaissons tous des paroisses dans lesquelles d’autres ont pris les rênes – qu’il s’agisse de tel ou tel, sevré de responsabilité dans la société, ou de la gouvernante… –  sans que nous ayons pour autant avancé d’un pouce dans le sens de la coresponsabilité. La problématique n’est donc pas celle d’une opposition entre clercs et laïcs, mais celle d’un changement en profondeur de mode de gouvernement afin que la parole de tous ait de la valeur, à commencer par celle de ceux qui, habituellement, ne comptent pour rien. « Vous n’avez qu’un seul maître, le Christ … Et vous êtes tous frères. » (Mt 23, 8-10)

Depuis les années soixante des interventions du Magistère n’ont pas cessé d’aller dans ce sens : 

+ « Si l’on me demandait quel est « le genre de vie » le plus riche en conséquences pastorales qu’on doit au concile, je répondrais sans hésiter : la découverte du peuple de Dieu comme un tout, comme une globalité et, par voie de conséquence, la coresponsabilité qui en découle pour chacun de ses membres. » (Cardinal Suenens – 1968)

+ Le Pape Benoît XVI ne disait pas autre chose. Il est nécessaire « d’améliorer l’organisation pastorale, afin que, dans le respect des vocations et des rôles des consacrés et des laïcs, on encourage graduellement la co-responsabilité de l’ensemble, de tous les membres du Peuple de Dieu », a-t-il affirmé. « Cela exige un changement de mentalité particulièrement concernant les laïcs » afin de ne plus les considérer comme « ‘collaborateurs’ du clergé » mais de « les reconnaître réellement comme ‘coresponsables’ de l’être et de l’agir de l’Église, en favorisant la consolidation d’un laïc mûr et engagé ». (Benoît XVI, 28 mai 2009)

+ « Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu. » (Pape François, lettre du 20 août 2018)

troupeau et pasteur

Que notre route soit belle, en cette nouvelle année pastorale ! (lien vers ce message en vidéo)

+ Jean-Marc Eychenne – Évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix

Pour aller plus loin dans la réflexion, deux ouvrages :

Jean-Pierre TORRELL, Un peuple sacerdotal (Sacerdoce baptismale et ministère sacerdotal), Cerf, Paris, 2011.

Agnès DESMAZIÈRES, L’heure des laïcs (Proximité et coresponsabilité), Salvator, Paris, 2021.