Ariège Catholique
   |   | 

L’expérience missionnaire du Burundi

10/06/2018

L’expérience missionnaire du diocèse de Gitega : leçons et perspectives.

Mgr Simon NTAMWANA, archevêque de Gitega au Burundi, donnera une conférence,

le samedi 16 Juin 2018 à 15h

à la Maison des Œuvres à Pamiers

7, rue du Rempart du Touronc (parking)  ou 16, rue des jacobins

Sur le thème la dimension missionnaire de son diocèse.

Depuis plusieurs années le Diocèse de Pamiers (comme d’autres diocèses de France) expérimente un partenariat fructueux avec ce diocèse du Burundi. Non seulement dans le sens où des prêtres viennent nous rejoindre pendant quelques années pour soutenir notre église locale de leur ministère (certains d’entre eux mènent des études dans le même temps), mais aussi en raison des éclairages qu’ils nous apportent sur la dimension missionnaire de l’Église à travers leur expérience propre.

BREVE BIOGRAPHIE DE MGR SIMON NTAMWANA

Sa famille

Mgr Simon est né le 3 juin 1946 à Mukenke (au nord du pays), en commune Bwambarangwe, province Kirundo de Joseph Ntwamwana et de Thérèse Budibu. Il est le quatrième d’une famille de 11 enfants dont 5 sont morts en bas âge.

Ses études

Mgr Simon a fait ses études primaires à Mukenke et à Kanyinya de 1953 à 1959 ; ses études secondaires au petit séminaire de Mureke (1959-1963) et au séminaire moyen de Burasira (1963-1966). Après une année de philosophie au Grand Séminaire de Bujumbura (1966-1967), il est entré à l’Université Pontificale Urbanienne de Rome (en Italie) où il a obtenu un doctorat en Philosophie, un baccalauréat en Théologie et un diplôme de l’Institut pour la connaissance de l’athéisme et ses causes. Il parle couramment le Kirundi, le swahili, le Français, l’Italien, l’Allemand, le Latin et le Grec. Il comprend également l’Espagnol et le Portugais.

Sa vocation et ses occupations

Mgr Simon a été ordonné prêtre à Rome le 24 mars 1974. De retour dans son pays le 25 février 1976, Mgr Simon a été nommé Recteur du petit séminaire de Rusengo (nord-est) de 1976 à 1979. Depuis 1977, il est nommé Vicaire Général du diocèse de Muyinga et responsable diocésain de l’Action Catholique, de l’Education chrétienne de la jeunesse et des adultes, de la formation permanente des ouvriers apostoliques, de la Caritas et du Bureau de Développement, ainsi que de l’animation des Vocations sacerdotales et religieuses. En 1979, il devient Curé de la paroisse Gitaramuka.

Son épiscopat

Le 14 novembre 1988, sa sainteté le pape Jean-Paul II le nomme deuxième évêque du diocèse de Bujumbura. Son sacre a lieu le 5 février 1989 par le cardinal Bernardin Gantin. Sa devise est « UT VITAM HABEANT » (Jn 10,10). Son ministère comme évêque de Bujumbura prend fin en 1996 quand il est nommé quatrième archevêque métropolitain du diocèse de Gitega (centre du pays) le 8 février 1997, en remplacement de Mgr Joachim Ruhuna, assassiné le 9 septembre 1996. Il sera intronisé le 22 mars 1997. Suite au décès de Mgr Bernard Bududira, évêque de Bururi (au sud), le 15 novembre 2005, Mgr Simon est nommé Administrateur de ce diocèse, fonction pastorale qu’il exercera jusqu’à la nomination du nouvel évêque, Mgr Venant Bacinoni, le 25 juin 2007.

Son ministère comme Archevêque de Gitega aura été spécialement marqué par la fondation et l’érection canonique de plusieurs nouvelles paroisses. Dans le prolongement de son prédécesseur, il procède à la « démassification » des structures trop lourdes des paroisses, à la dynamisation des communautés ecclésiales de base et à la responsabilisation des laïcs. Sans oublier le développement de la dimension missionnaire de l’Archidiocèse au-delà du continent africain.

Marqué par un souci indiscutable de l’harmonie entre les Burundais sans distinction aucune, il a fondé l’œuvre Apostolique Vie Nouvelle pour la Réconciliation (VNR), œuvre dont l’apostolat est l’annonce de la mise en pratique de l’Evangile du pardon et de la réconciliation. Ses prises de position sur des questions de société sont souvent remarquées.

Mgr Simon, joue également un rôle important au niveau de l’Eglise locale, régionale et universelle. Il a collaboré avec ses Confrères dans l’Episcopat, soit comme président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi (CECAB), soit comme président de l’Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale (ACEAC), et à ce titre, membre du Comité permanent du Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM), et même pendant trois quinquennats, grâce au choix du Saint Père, Consulteur de la Sacrée Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à Rome.