Fin 2020 : quelle situation financière pour le diocèse ?

Par Théophile BOLON, économe du Diocèse

 

Quelle est la situation financière du Diocèse ?

Le Diocèse a réussi à redresser sa situation financière. Ce travail a été mené de façon continue depuis de nombreuses années et nous en récoltons aujourd’hui les fruits. Ceci ne s’est pas fait sans effort et a demandé la participation de tous. Ainsi les paroisses ont diminué leurs dépenses, le nombre de salariés a fortement baissé, l’économat a rationalisé les achats (énergies, assurances, contrat de maintenance, etc.) et le parc immobilier a été modifié à travers des ventes et des mises en location. Notre difficulté à renouveler les prêtres, qui malheureusement viennent donc à manquer, a eu pour conséquence la baisse des traitements à verser.

Finalement le total des charges d’exploitation est passé de 2,19M€ en 2016 à 1,84M€ en 2019 alors que les produits se sont maintenus (dégradation des ressources traditionnelles compensées par une augmentation des loyers). Par conséquent, le résultat d’exploitation est positif depuis 2018 (+32k€ contre -353k€ en 2016), c’est-à-dire que les charges (y compris les amortissements) et les produits courants sont désormais équilibrés. Autrement dit : le diocèse vit maintenant à hauteur de ses moyens.

Cet équilibre reste toutefois précaire. Pour prendre un exemple, le Denier est en constante baisse chaque année, de 6% en moyenne, du fait des donateurs décédés et non-remplacés. Ceci semble aussi lié à la baisse du nombre de pratiquants et aussi à une plus faible culture du don à l’Église chez les « 30-50 ans».

 

Et avec la crise sanitaire ? Quel impact ?

La crise de la Covid-19 a forcément impacté notre diocèse comme la plupart des acteurs économiques. Pour nous, la limitation des messes et du nombre de fidèles lors des célébrations a entraîné une forte diminution des quêtes de l’ordre de 30 à 40 % (difficile encore à quantifier) légèrement compensé par la quête en ligne (donner.catholique.fr) mise en place pour l’occasion. Le casuel (offrande à l’occasion des sépulture, mariage et baptême) a lui aussi diminué.

Cette crise arrive au moment où nos finances sont beaucoup plus résilientes qu’elles l’ont été. Les réserves ont été reconstituées par des produits exceptionnels sans avoir été absorbées par des déficits successifs. Elles permettent donc de passer ce moment difficile et d’éviter une cessation de paiement. Cela n’empêchera pas que l’année comptable 2020 ait un résultat de fonctionnement déficitaire mais cette fois pour des raisons externes et ponctuelles et non pas structurelles et chroniques.

 

Comment faire pour aider le Diocèse dans cette période de crise ?

Outre la quête en ligne (ttps://donner.catholique.fr/quete/), il y a bien sûr le Denier (https://jepaieenligne.systempay.fr/DENIERDEL’EGLISE) . Une lettre a été adressée, il y a quelques jours, aux donateurs – y compris à ceux qui avaient déjà donné (contrairement à ce qui était fait habituellement). En effet, cette année, nous souhaitions à la fois dire à tous les donateurs les projets pastoraux en cours et aussi que nous restons en communion spirituelle pendant cette période d’isolement.

Que ceux qui ont déjà donné cette année ne s’en vexent pas, notre souhait était d’abord de leur dire notre reconnaissance. Si vous n’êtes pas encore donateur pas de panique, nous ferons une relance numérique en décembre (via le site, la newsletter et les réseaux sociaux).

Chacun est appelé à donner selon son cœur et ses possibilités, étant donné la situation difficile que nous traversons tous en ce moment. Et souvenons-nous qu’il n’y pas de petit don. Par exemple, choisir de donner 100€ par an ou 10 ou 15€/mois lorsque l’on ne donnait pas auparavant est déjà un très beau geste.

 

 

Qu’en est-il des réserves financières et des placements ?

Notre réserve financière s’est bien reconstituée dernièrement grâce à divers legs et produits exceptionnels. L’argent a été placé pour une partie dans des SCPI, pour un autre dans le fond commun de placement du Diocèse de Toulouse labellisé ISR (investissement socialement responsable) c’est-à-dire qui exclue certains pans de l’activité économique, contraires à la doctrine sociale de l’Église (armement, certaines industries pharmaceutiques, pornographie, etc.).

Une autre partie sera prochainement placée dans des institutions engagées pour différentes causes : Habitat & Humanisme pour le logement social, Terres de Liens pour le développement de l’agriculture bio, paysanne et locale, ENERCOOP Midi-Pyrénées pour le développement des énergies renouvelables sur notre territoire. Ces placements sont souvent moins rémunérateurs mais aussi moins risqués parce que moins soumis aux aléas des marchés financiers. Outre leur valeur éthique, non monétaire, ils nous permettent de diversifier nos placements sans « mettre tous nos œufs dans le même panier ».

Enfin, ces réserves doivent rester en partie disponibles pour les investissements à venir, gros entretien, rénovation de bâtiment et bien sûr projets pastoraux.

 

Quels chantiers nous faut-il encore mener ?

Nous savons que, sauf changement de tendance fort, notre Église d’Ariège va continuer à diminuer en termes de pratiquants et donc de ressources. Nous devons gérer cette décroissance.

Mais il ne s’agit pas seulement de limiter les projets et les dépenses. C’est aussi une opportunité pour revisiter notre pastorale et « faire plus avec moins » : le projet de Fraternité missionnaires locales va dans ce sens – se réunir, prier, partager en toute simplicité et avec finalement peu de moyens.

L’un des défis à venir est celui de l’immobilier. Nous détenons près de 35 000m2 de surface développée hors lieux de culte. Pour 2662 donateurs au Denier, cela représente près de 13m2 pour chacun, ce qui peut être lourd à porter financièrement. Dans ce contexte de décroissance, nous devrons forcément discerner l’avenir de chaque bien, nous séparer de certains et apprendre à fonctionner différemment.

Tout en étant réaliste, nous sommes appelés à demeurer ferme dans l’Espérance et, quoiqu’il en soit préparer, l’Église de demain en pensant aux jeunes baptisés d’aujourd’hui.

< POUR AIDER LE DIOCÈSE >

Denier de l’Église : https://jepaieenligne.systempay.fr/DENIERDEL’EGLISE

Quête en ligne : ttps://donner.catholique.fr/quete/

 

Recevoir la Newsletter