Confinement : dernières mesures et Semaine Sainte

Décret pour la Semaine Sainte et au moins une partie du Temps Pascal

Des points de repère pour ce temps « d’exil »…

Rappels :

  1. Aucune messe (dominicale, de semaine, de funérailles) avec une assemblée, de quelque taille qu’elle soit, ne doit être célébrée. Les églises peuvent rester ouvertes, avec moins de 20 personnes [1] en prière individuelle et à distance les unes des autres.
  2. Pour les obsèques, elles peuvent pour le moment être célébrées dans les églises. L’assemblée devra être inférieure à 20 personnes [2] et celles-ci devront se répartir dans l’ensemble de l’église. Seul celui qui préside bénit le corps avec l’eau bénite.Il faut reporter la célébration eucharistique à des temps meilleurs. Ces obsèques peuvent aussi être célébrées seulement au cimetière.
  3. Baptêmes, mariages, confirmations, professions de foi, premières communions, sont à reporter à des temps meilleurs. Il en est de même pour les étapes de préparationsau baptême pour adultes.
  4. La visite aux personnes âgées et aux familles en deuil peut se faire, mais si possible à bonne distance. Pour cela, le prêtre ou le diacre doit se munir de la déclaration « attestation de déplacement dérogatoire » (cocher la première case).

Note sur les finances :

  • Trésorerie :

Si la crise se poursuit, certaines paroisses pourraient connaître des difficultés de trésorerie (dues à la baisse des produits avec maintien ou faible diminution des charges). L’économe diocésain demande à en être informé. Il peut aussi aider à calculer le ratio charges mensuelles/solde du compte bancaire pour anticiper d’éventuelles difficultés. Des remboursements d’emprunt ou de factures d’énergie peuvent sans doute être différés.

  • Quête :
  • Les quêtes sont suspendues jusqu’à la fin du confinement.

En effet d’un point de vue sanitaire,  il ne convient pas qu’une personne passe dans les rangs à cause d’une trop grande proximité avec les fidèles.

D’autre part cela n’est pas opportun sur un plan pastoral étant donné le nombre très restreint de personnes présentes aux obsèques, ainsi qu’au regard de la crise économique qui touche un bon nombre de personnes.

  • Cependant, pour laisser à ceux qui le souhaitent la liberté de faire un don, des corbeilles peuvent être déposées  au fond de l’église, près de la sortie. Dans ce cas le comptage des pièces et billets ne se fait pas tout de suite (le Covid-19 restant actif sur ces surfaces) mais par exemple le lendemain.
  • A noter qu’une possibilité de quête en ligne est proposée par la CEF et relayée sur les médias qui diffuseront la messe.
  • Denier : pas d’appel exceptionnel par respect pour les associations de solidarité avec les plus pauvres.

Les rameaux

  • Pour la célébration proprement dite voir le décret du Cardinal Sarah (document joint).
  • Pour des raisons sanitaires (la durée de vie du Covid-19 sur le bois est très longue) il n’est pas possible, comme cela a pu être envisagé, de laisser des rameaux bénis à disposition devant la porte de l’église. De plus cela conduirait des gens à se déplacer en assez grand nombre, au regard du fort attachement à ce signe. Or dans ce contexte c’est à proscrire.

Semaine Sainte et Pâques

 Vivre la Semaine Sainte à huis clos est une épreuve inédite pour les communautés chrétiennes et leurs pasteurs !

Maintenir des relations humaines et garder une certaine ritualité est un réel défi.

  • Un premier point est celui de la communication : affichage à la porte des églises, téléphone, internet, tous les canaux doivent être utilisés. Il s’agit d’échanger en direct mais aussi de faire connaître les ressources disponibles en termesde contenus (par ex. des infos diocésaines, l’heure de la messe du Pape, l’accès à KTO…) et en termesd’instruments de contact (WhatsApp, Skype…).
  • Pour la Semaine Sainte, le rappel du calendrier et du rythme des célébrations est essentiel : préciser (par affichage, mails…) l’heure du début des offices aide grandement à des « rendez-vous » spirituels qui permettent une communion dans la prière.
  • Un autre point important est l’invitation pressante à la lecture de l’Évangile, cela à travers différentes propositions : enregistrer des lectures de textes et les diffuser, faire connaître le site de l’AELF, échanger par mails des commentaires ou des méditations, partager en temps réel sur WhatsApp…
  • L’attention renouvelée aux plus fragiles de nos frères et sœurs est indispensable en ce temps d’isolement. Des fragilités psychologiques, l’absence d’accès à internet, un climat anxiogène entretenu par des flots ininterrompus d’informations sont des facteurs qui poussent au désarroi, au découragement. Établir des plages de temps quotidiennes pour téléphoner à ces personnes voire les visiter en cas de détresse (voir case adéquate de l’attestation de déplacement dérogatoire), aider des bénévoles d’associations caritatives, répondre et faire connaître des appels qui se manifestent localement (agriculteurs, commerçants…) dans le respect des règles légales de confinement… sont quelques pistes à explorer et à faire connaître…
  • Pour le déroulement concret des célébrations il faut se reporter au décret du Cardinal Sarah. (document joint).

D’autre part, pour permettre une plus grande communion à l’échelle du diocèse, voici les horaires des offices de la Semaine Sainte célébrés par votre évêque:

Jeudi Saint : 18 heures

Vendredi Saint : 18 heures

Veillée pascale : 21 heures

Dans ce souci de communion, il semble préférable que,dans la mesure du possible, ces horaires soient aussi ceux des célébrations paroissiales. (Pour le dimanche de Pâques, horaires ad libitum)

Quand plusieurs prêtres sont présents en un même lieu, et en l’absence de toutes concélébrations, il importe de veiller à serépartir les jours de célébrations. La messe chrismale est reportée après le confinement.

Perspectives :

Il n’est pas exclu, compte tenu de l’attachement d’un grand nombre de personnes à certains signes (Rameaux…), ou à l’importance de certains symboles (le cierge pascal…) d’envisager, après le confinement, telle ou telle forme de paraliturgie. Le décret du Cardinal Sarah laisse cela au jugement de l’évêque diocésain.

Sans doute ce temps pascal est-il l’occasion de redécouvrir la valeur et la beauté du mystère de la Communion des Saints :

Soyons réellement acteurs d’une vivante communauté spirituelle.

Fait à Pamiers le 27 mars 2020

+ Jean-Marc Eychenne – Évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix

[1]Cette jauge est susceptible d’être révisée par décision gouvernementale

[2]Id.


Décret du Cardinal Sarah :

Liturgie : décret pour les célébrations de Pâques  – « En l’absence de fidèles »

DÉCRET  En temps de Covid-19 (II)     (ROME le 25 mars 2020)

Ayant considéré l’évolution rapide de la pandémie de Covid-19 et tenant compte des observations reçues des Conférences Épiscopales, cette Congrégation propose une mise à jour des indications générales et des suggestions déjà données aux Évêques dans le décret précédent du 19 mars 2020.

En considération du fait que la date de Pâques ne peut pas être transférée, dans les pays touchés par la maladie, où des restrictions sur les rassemblements et les mouvements de personnes sont prévues, les Évêques et les Prêtres célébreront les rites de la Semaine Sainte sans la présence du peuple et dans un endroit approprié, en évitant la concélébration et en omettant l’échange de paix.

Les fidèles seront informés de l’heure du début des célébrations afin de pouvoir s’unir en prière dans leurs propres maisons. Les moyens de communication télématiques en direct, et non enregistrés, pourront être utiles. Dans tous les cas, il reste important de consacrer suffisamment de temps à la prière, en valorisant surtout la Liturgia Horarum.

Les Conférences Épiscopales et chaque diocèse ne manqueront pas d’offrir des suggestions en vue d’aider la prière familiale et personnelle.

1 – Dimanche des Rameaux. La Commémoration de l’Entrée du Seigneur à Jérusalem sera célébrée à l’intérieur de l’édifice sacré ; dans les églises Cathédrales on utilisera la deuxième forme prévue par le Missel Romain ; dans les églises Paroissiales et dans les autres lieux, la troisième forme.

2 – Messe chrismale. En évaluant la situation concrète dans les différents pays, les Conférences Épiscopales pourront donner des indications sur un éventuel transfert à une autre date.

3 – Jeudi Saint. Le lavement des pieds, déjà facultatif, est omis. À la fin de la Messe en Mémoire de la Cène du Seigneur, on omet aussi la procession, et le Saint-Sacrement sera conservé dans le tabernacle. En ce jour, on concède exceptionnellement à tous les prêtres la faculté de célébrer la Messe dans un endroit approprié, sans la présence du peuple.

4 – Vendredi Saint. Dans la prière universelle les Évêques veilleront à préparer une intention spéciale pour ceux qui se trouvent dans une situation de désarroi, pour les malades, les défunts (cf. Missale Romanum). L’adoration de la Croix par le baiser sera limitée au célébrant seulement.

5 – Vigile Pascale. Elle n’est célébrée que dans les églises Cathédrales et Paroissiales. Pour la liturgie baptismale, seul le renouvellement des promesses baptismales sera maintenu (cf. Missale Romanum).

Dans les séminaires, les maisons de prêtres, les monastères et les communautés religieuses, on suivra les indications de ce Décret.

Les expressions de la piété populaire et les processions qui enrichissent les jours de la Semaine Sainte et du Triduum Pascal peuvent être transférées, au jugement de l’Évêque diocésain, à d’autres jours convenables, par ex. les 14 et 15 septembre.                                                                                                                                     De mandato Summi Pontificis pro hoc tantum anno 2020

De la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 25 mars 2020, solennité de l’Annonciation du Seigneur.

Robert Card. Sarah, Préfet

Recevoir la Newsletter