Ariège Catholique
   |   | 

Déconfinement : de nouvelles mesures pour notre diocèse.

7/05/2020

Aménagement de nos mesures, à partir du 11 mai

Chers amis,

Nous allons entrer dans une période de confinement aménagée, offrant quelques possibilités supplémentaires de mobilité et de rencontres.

Avant d’aborder des considérations concrètes, voici quelques remarques d’ordre général.

  • La pandémie est encore active et le gouvernement français a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à la fin du mois de juillet.
  • Quoique nous mettions en œuvre, nous devrons être en permanence préoccupés de ne pas faciliter la propagation du virus qui, sur certaines personnes, peut avoir des conséquences mortelles, et sur d’autres de très graves inconvénients. C’est une question de responsabilité morale, et même pénale.
  •  Le Pape François, au matin du 29 avril, exprimait l’intention de prière suivante :

« Prions le Seigneur de donner à son peuple, à nous tous, la grâce de la prudence et de l’obéissance aux dispositions, afin que la pandémie ne revienne pas. »

Venons-en à quelques repères concrets :

A partir du 11 mai,

  • Les attestations dérogatoires pour les déplacements ne seront plus nécessaires.
  • Nous pourrons effectuer des déplacements pouvant aller jusqu’à 100 km (aller)
  • Des personnes pourront se regrouper au nombre maximum de 10, en étant très attentives à ce que la distance nécessaire et les gestes barrières soient scrupuleusement respectés.
  • La célébration du culte (annoncée et publique) n’est pas encore autorisée à partir du 11 mai. Elle le sera peut-être, moyennant des consignes assez strictes en cours d’élaboration, à partir du 29 mai ou du 2 juin.

Avec grande prudence, progressivité et sens missionnaire, les prêtres, diacres, accompagnateurs spirituels, responsables de services et de mouvements, membres des conseils pastoraux, reprendront leur bâton de pèlerin pour :

  • Proposer le sacrement de la Réconciliation.
  • Rencontrer une famille dans le deuil.
  • Visiter les personnes malades, handicapées, isolées.
  • Aider à la relecture personnelle et communautaire de cette longue période de confinement.
  • Aider les petites fraternités à retrouver le chemin des rencontres de proximité autour de la Parole.
  • Epauler ceux qui assurent l’annonce de la foi auprès des catéchumènes (enfants, jeunes ou adultes).
  • Aider les baptisés à reprendre le chemin de l’action caritative dans leurs groupes ou associations habituelles.
  • Rassembler quelques jeunes et enfants dans le cadre des aumôneries et mouvements.
  • Réorganiser les relais d’adoration
  • Etc.

Célébrer « à la maison » ?

On a beaucoup parlé de « célébration domestique » pendant cette période de confinement. Pour des gens qui sont confinés ensemble depuis plusieurs semaines, se retrouver à 6 ou 7 dans un petit espace (un séjour ou un salon) n’est pas un problème. Mais réunir 8 ou 10 personnes venant de lieux différents, dans une même maison, pourrait contribuer à diffuser le virus. Un groupe fraternel serait moins à l’étroit dans un jardin, une salle paroissiale ou une église.

Tout cela appelle de notre part discernement et sens de la responsabilité.

Et la suite…

La question de la réouverture des églises au culte va nous imposer des mesures assez contraignantes, auxquelles nous allons devoir réfléchir ensemble dans les jours qui viennent. Des propositions nationales nous seront adressées. Tout cela sera aussi renvoyé, en partie, au discernement des pasteurs et des communautés, qui s’adapteront aux contraintes locales.

Notre Économe Diocésain nous donne, dans la partie qui suit, un certain nombre de recommandations que nous mettrons en œuvre à la Maison des Œuvres, et pour le personnel que nous employons. Cela peut nous aider à prendre la mesure du sérieux avec lequel nous allons nous engager dans cette seconde étape du confinement ; et avant la troisième qui débutera fin mai ou début juin…

 

+ Jean-Marc Eychenne – Évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix

 

Les mesures techniques :

Note en vue du déconfinement.